VISIONS DE LA SCÉNOGRAPHIE

La scénographie est cuite

 

 

"La scénographie, c'est tout ce qu'on décide qui est de la scénographie". Je me souviens du jour où j'ai proposé cette idée à Catherine. C'était un samedi matin, très tard - nous avions coutume de travailler le matin et donc de déjeuner tard -, et je crois me souvenir qu'elle préparait un foie de génisse. La cuisine est petite et l'exercice est forcément très présent, disons particulièrement orchestré. Soucieuse de m'opposer rapidement une contradiction, avec un soupçon de malice en choisissant ce qui va suivre, elle me dit : "et donc, si je décide que le fait de cuire ce foie de veau est de la scénographie, c'est de la scénographie !". Absolument ! répliquais-je, fier de moi, et avec cette docte attitude qui a le don d'énerver Catherine.

 

Eh oui, je pense que la mise en espace n'est pas le seul domaine de la scénographie. La mise en espace est-elle d'ailleurs l'un des domaines de la scénographie ? Je ne crois pas que l'on puisse dire cela non plus. Il faut se méfier de ces conditions qui, parce-ce qu'elles ne sont pas nécessaires, peuvent paraître suffisantes. Nos journalistes et politiques sont coutumiers de cet abus. Dans le cas présent, la condition ne me semble ni nécessaire, ni suffisante.

 

Et, de fil en aiguille, nous avons oublié le foie, et notre controverse nous fit dépasser sa limite de cuisson.

 

Une conséquence malencontreuse de cette définition est donc que la scénographie peut être un domaine instable.