Les ARIUMS©

L'idée des Ariums

J'ai eu l'idée des Ariums en travaillant à la Restitution de la Grotte Chauvet, pour laquelle j'ai conduit l'intégralité des études de 2002 à 2008, et sur laquelle je travaille toujours, pour le groupe Vinci, qui s'est vu confier la réalisation de ce fac-simile. Il s'agissait, et il s'agit toujours, de réaliser le fac-similé d'un univers d'une complexité inouïe et d'une valeur inestimable, et, par conséquent d'une exigence de restitution absolue ... dans un volume plus petit que l'original. Question folle, car comportant une contradiction : une réplique a forcément les mêmes dimensions que son original. Eh bien non. Durant près de 10 ans, j'ai, sur la base d'une méthodologie que j'ai définie et qui peut être exploitée sur d'autres projets appartenant à cette étrange famille dans laquelle "l'échelle 1 est plus fondamentale que sa surface", élaboré un fac-simile de la Grotte Chauvet ... plus petit que la grotte.

 

La généralisation de cette démarche a donné le concept d'Arium®.



Qu'est-ce qu'un Arium ?

Un Arium® est la restitution des lieux où l'on ne peut pas aller, soit parce qu'ils sont trop fragiles, soit parce qu'ils ont disparu, soit parce qu'ils sont trop loin, soit parce qu'il n'existent pas encore, ou encore, parce qu'ils sont interdits.

Cette forme de restitution n'est pas un fac-simile : c'est un condensé de vrai, pensé de manière scientifique, et dédié au public.

Il associe les techniques du cinéma, toutes les techniques de la scénographie, les éléments naturels, et l'innovation.

 

D'où vient le mot "Arium"?

 

Il vient d'aquarium : l'aquarium est une très belle chose en scénographie. Mais il se passe quelque chose d'étrange : il y a une vitre entre vous et cet univers merveilleux, vivant, peuplé de poissons. Vous ne pouvez jamais le pénétrer, ni même le toucher : la vitre est là, et bien là. Quelle frustration, même si elle est - étrangement - empreinte de délice !

Dans un Arium®, vous êtes le poisson.

C'est aussi un hommage au planétarium qui est un objet scénographique total : le seul qui fasse voir l'infini dans un volume limité. Quelle beauté, n'est-ce pas ?

 

La restitution de la grotte Chauvet est un Arium®.

 

 


Le premier Arium : le Tempetarium du parc Terra Botanica


Je dois d'avoir pu réaliser la scénographie du parc scientifique Terra Botanica à trois personnes : Francis Hugon, qui est un ami, et qui un jour, m'a posé le plan masse de Terra Botanica sur la table, et m'a dit : "Voilà, on cherche un scénographe" ; Thierry Huau, paysagiste, qui avait la Direction de conception du Parc, et Nicolas Moulin qui avait la Direction de Projet au sein du Conseil Général de Maine et Loire, Maître d'Ouvrage.


Durant 4 ans, j'ai pu faire mon métier, sans me demander tous les matins comment j'allais financer les 6 mois de fonctionnement à venir. Et, à tous ceux qui affirment le contraire, j'assure que l'on travaille beaucoup mieux dans le bonheur que dans le stress, dans la durée que dans l'urgence, dans la confiance que dans la concurrence. La plupart des idées que je développe aujourd'hui me sont venues à cette époque - dans ma baignoire pour ceux qui me connaissent -. Toutes les semaines, ou presque, je descendais de la salle de bains pour annoncer à Catherine, Phaëlle et Lily, mon épouse et mes filles "j'ai eu une idée!". Et c'était une vraie idée.

 

C'est ainsi qu'est né le Tempêtarium de Terra Botanica, puis, par généralisation, les Ariums®, puis, par exploitation de cette généralisation, et à travers la rencontre de personnes inspirées, tous les Ariums® en cours d'étude actuellement.

 

Le Tempêtarium de Terra Botanica est un théâtre à Tempêtes. Il associe les éléments naturels, le cinéma, et les procédés de scénographie pour nous faire ressentir les dangers - et saisir les enjeux - des grands voyages d'exploration scientifiques du XVIIIème siècle, quand les royaumes d'occident lançaient des expéditions dans le but de conquérir les terres inconnues, d'inventorier leurs richesses et de s'emparer de leurs trésors.

 

Ce qu'ils firent.